LA LEGION D'HONNEUR !

 

le 5 décembre 2011, des militants de Greenpeace s'étaient introduits dans deux centrales nucléaire, déjouant la surveillance des gendarmes pendant près de 14 heures en tout. Objectif : jeter un coup de projecteur sur les failles de la sécurité des installations nucléaires. »

Ces onze militants, six femmes et cinq hommes, âgés de 22 à 60 ans comparaissent pour «violation de locaux professionnels et dégradations en réunion », le vendredi 20 janvier au tribunal correctionnel de Troyes pour neuf d'entre eux et le 24 janvier au tribunal correctionnel de Privas pour les autres.

Ils encourent pour ces délits jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende. Cinq d'entre eux sont également poursuivis pour refus de se soumettre à un prélèvement ADN, un « délit » passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Pourtant, ils ne devraient pas être sanctionnés ni même poursuivis, mais congratulés pour leur action préventive, d’un intérêt collectif indiscutable. Ils ont, avec beaucoup de courage, mis en évidence des failles du système de sécurité qui pourraient conduire à une catastrophe en cas d’intrusion terroriste ou mal intentionnée dans une ou plusieurs centrales nucléaires françaises. Ils ont fait, sur la sécurité, le même genre de « stress test » que « l’opération Opéra » effectuée six jours plus tôt par deux parlementaires UMP, sur la sûreté intérieure de deux centrales...


A ce titre, ils ont bien mérité les honneurs de la Nation - et du genre humain.


Pour lire la totalité de la "lettre au président" cliquez ici
(vous pouvez également lui envoyer en votre nom et sans timbre)



 

Page 81 sur 85

<< Début < Précédent 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 Suivant > Fin >>